Coupe des barons 2019

Les 80 concurrents de la 15ème coupe des Barons 2019

Prologue

Il y a quelques temps Romain, mon frangin aéromodéliste lui aussi et licencié au club Vol Libre 38 (près de Grenoble), me lance l’idée de participer à la 15ème Coupe des Barons. Son club est en effet l’organisateur de cette Coupe annuelle, basée sur le Baron de Christian Chauzit.
L’histoire de cette coupe et du Baron est fort bien décrite ici: https://saffiotipatrick.wixsite.com/vl38/les-barons

Bonne idée, on se lance. Ne possédant pas de Barons, la première étape consiste donc à s’en procurer un chacun.

Préparation des Barons de compétition

Par flemme manque de motivation à construire, on regarde du coté du marché de l’occasion. La coupe est alors dans quelques mois, et le marché de l’occasion de Barons n’est pas des plus étoffés… Une chance, Romain arrive à dégoter deux Barons dans son club : le premier : le célèbre Baron « Ferrari » (donc rouge, et qui d’ailleurs rappellera des souvenirs parfois douloureux à certains compétiteurs), et un Baron gris tout équipé.
Romain prend le gris, je prend le rouge.
Mon Baron n’est plus équipé de son moteur thermique initial, je décide de l’équiper en électrique. Le moteur sera fourni par Giovanni : un brushless aux caractéristiques relativement inconnues, mais qui a l’air de coller, et pour un prix quasiment négatif… Merci Giovanni! Quelques réparation des stigmates de la précédente coupe et quelques stickers perso, on a un Baron de compétition!
Premier vol avec un accu Lipo 3S, c’est mou! Aucune chance pour la course aux pylônes. Deuxième vols en 4S, c’est mieux! Le passage ensuite à une hélice 13×8 donne une conso de 48A plein gaz, multiplié par 16.8V en début de pack ça donne 810W, on est laaargement en dessous des 825W autorisé. Cool on est prêt!

L’entrainement

Ça va aller vite, mon Baron n’étant vraiment opérationnel qu’à deux semaines de la Coupe…
Un vol pour voir le comportement général de l’engin, un vol pour tester l’autonomie, et un vol pour s’essayer au posé de précision. Le reste on verra sur place.

La coupe

Arrivé la veille à Grenoble, on passe faire un tour au terrain. Pas mal de monde déjà présent autour d’un apéro bien garni. On se présente, très bonne ambiance, on discute un peu, on fait un petit vol. Ensuite on rentre pour fixer les haubans qui nous manquent sur les deux Barons, et qui sont obligatoires pour la Coupe!
Le lendemain, arrivé à 8H (et quelques…). On s’inscrit, et à 9h rapide briefing du patron, le célèbre Tomio Harachi (alias Vincent, président du club et meilleur pilote de tout les temps).
Et c’est parti pour la première épreuve. 80 pilote inscrits, soit 8 sessions de 10 avions, en vols en même temps. Ça promet!

Épreuve 1 : jugement statique

Les Barons au statique

Sont obligatoires:
– le respect du plan original (mon Baron est issu d’un kit conforme, celui de Romain est construit un peu « brut », mais conforme)
– le pilote (sur mon Baron c’est… moi, scanné et imprimé 3D),
– les haubans (ficelle de cuisine montée la veille…)
– les numéros et emblèmes sur le fuselage et la dérive
– le capot moteur (imprimé en 3D pour ma part, l’original était mort)
– le train avec roues lenticulaires type WW1
Je gagne 15 points sur 20. 5 points en moins pour kit RTF au lieu de construction perso. Romain perd quelques points de plus pour roues non conformes (entre autre), et prend 14 points.

Épreuve 2 : Le cassé de baguettes

Le Baron Ferrari au cassé de baguettes

Romain vole dans le deuxième groupe, je suis dans le 8ème groupe donc il vole donc avant moi. Ses premiers passages un peu trop hauts, il paye son manque de préparation (il a encore moins de vols que moi!). Il casse 3 baguettes.
A mon tour.
J’essaye de viser les baguettes, pas évident elles sont loin. Je change de tactique et enchaîne le plus de passages possible, je me dis que statistiquement ça peut payer. Effectivement après quelques passage sans rien toucher, je casse les baguettes à la file. Au bout des 5 minutes je termine à 12 baguettes.
Mais avant tout: nos deux Barons sont intactes! D’autres n’ont pas eu cette chance…

Il y a du monde!

Épreuve 3 : la course aux pylônes

Romain commence, la encore il paye son manque de préparation, hélice mal choisie sans doutes, il avance doucement… il terminera tout de même avec 28 pylônes. Je me lance: je ne suis pas le plus rapide, mais ça je m’y attendait avec ma motorisation et ma grande hélice. J’essaye de voler propre en évitant les autres pour limiter la casse.
Je termine avec 36 pylônes quand le meilleur, Laurent, fait 45 pylônes!
Par contre nos Barons sont toujours intacts! Là encore quelques malheureux ont tâté du pylône, et c’est dur un pylône.

Le Baron de Romain à la course au pylônes

Épreuve 4 : l’avion abattu

Il s’agit de poser moteur coupé dans une cible au sol. Les ratés s’enchaînent, pas évidente cette épreuve! Puis quelques uns réussissent, la pression monte. C’est la seule épreuve pour laquelle je m’étais un peu entraîné! Romain passe: raté. Puis à mon tour, décollage, au top je coupe le moteur, piqué sur la cible, je jauge mal le vent de face, le Baron a la finesse d’une râpe à fromage… raté! Je pose les roues quelques mètres avant la cible… C’est donc 0 points.
A noté que le grand Tomio Harachi termine à un kilomètre de la cible, sans doute à cause d’un problème mécanique…

Atterrissage sur la cible… raté.

Épreuve 5 : le limbo!

Épreuve phare de la coupe, et aussi la plus mortelle! Rares sont les sessions ou il reste des avions en vol au bout des 5 minutes… Romain commence, il se débrouille plutôt bien fait 18 passages avant de percuter un poteaux 30 secondes avant la fin. Le grand Tomio termine dans un poteau, le fuselage était passé mais pas les ailes… Quelques sessions passent avec énormément de casse. Je décolle, et entend déjà plusieurs crashs arriver avant même le top départ! Collisions ?défaillances? en tout cas nous ne sommes déjà moins en vol. Malheureux pour les pilotes, mais heureux pour ceux qui restent, ça fera plus de place sous le limbo! J’enchaîne les passage vent de travers, je trouve une trajectoire assez efficace un peu en biais, j’assure en passant au dessus du limbo quand les autres Barons font leurs passages. Au fil des passages, nous ne sommes plus que 3 en vol, puis deux, puis je suis tout seul… Je continue à enchaîner les passages pour les points avec une petite frayeur quand je touche le limbo, sans conséquences. Ouf.
Et j’entends « plus que 30 secondes ».
Je termine mon passage et envisage de me réaligner le plus vite possible pour tenter LA figure, celle qui me vaudrait sans doutes quelques applaudissements: la boucle sous limbo!!
C’est risqué, mais on est à la fin de la coupe… allez!
Je tourne court autour du poteaux et … je perd une aile! Je n’avais pas fait attention au câble qui retient le poteaux du limbo en place… Dommage, l’avion est au sol. J’aurais bien tenté cette boucle ! Je ramène les morceaux de mon Baron au stand.
Félicitation à Kévin, seul concurrent qui tentera et réussira cette figure.

Romain sous le limbo

Classement et remise des prix

Notre objectif principal était de finir toutes les épreuves. L’objectif secondaire était de finir dans le top 10. L’objectif secret était de gagner bien sûr, on est pas venu enfiler des perles! On ne compte pas les points et gardons le suspens pour le dénouement.
Annonce des classements des épreuves par le grand Tomio.
Je suis premier au Limbo! Je gagne une coupe et un kit d’avion indoor. Merci beaucoup! Une petite remarque du grand Tomio en allant chercher le prix me fait penser que je ne doit pas être trop mal placé au général…
Annonce du troisième, puis du deuxième, je me résigne. Puis du premier… Surprise! C’est moi!
Avec la « chance » d’avoir été relativement seul sous le limbo, ce qui m’a certainement pas mal avantagé. Je gagne une coupe et un magnifique kit de Zlin 50, merci beaucoup !!

Romain termine 7ème, objectifs atteints donc.

Le podium

Conclusion

Génial! Temps magnifique, super ambiance, organisation sans failles, pas de temps mort, un grand merci au club Vol Libre 38 pour cette superbe Coupe des Barons 2019!

Au carré pilotes

La prochaine Coupe des Barons 2020 sera organisée au club de Jonage, près de Lyon. Peut-être y verrez-vous un Baron Ferrari…

Le Baron Ferrari, RIP

Les photos de ce compte-rendu sont issues du même site. Les autres sont visibles ici:
https://photos.google.com/share/AF1QipPYX21FXCzKlL7hh9wcaTV1_wyjfIhHwhkYBa05flwvXl9MqAr9trohSc_Lsu5mxA?key=ajZXeVU4RF9vemhtSVFoLWVndmp2TE5zMFBjQ1dn

Partager

Laisser un commentaire